Lâcher-prise : femme qui s'apprête à lâcher des ballons
Psychologie positive

Lâcher-prise : pourquoi lâcher-prise et comment en 5 conseils

« La rivière de la vie coule entre les rives de la souffrance et du plaisir. Il n’y a de problème que si le mental refuse de couler avec la vie et reste cloué aux rives. Ce que j’entends par couler avec la vie, c’est l’acceptation, laisser venir ce qui vient et laisser aller ce qui va. »

Je suis de Nisargadatta Maharaj

Ces quelques lignes, tirées de « Je suis » de Nisargadatta Maharaj expriment clairement l’essence de l’acceptation. L’acceptation à deux dimensions. La première est la capacité de « lâcher-prise ». La seconde est la capacité d' »accueillir ». Elles doivent en fait être perçues comme les deux faces d’une même pièce !

« Lâcher-prise », c’est ne pas forcer les choses, les laisser « couler » naturellement. En étant conscient que se battre avec insistance peut empêcher la découverte. La découverte de nouveaux objectifs, de nouvelles choses ou de personnes qui pourraient nous rendre heureux. Elle implique l’acceptation du fait que certaines choses « sont comme elles sont ». Et que les juger ou essayer de les changer, alors que nous n’avons pas le pouvoir ou simplement le droit de le faire, serait un gaspillage d’énergie.

« Accueillir », en revanche, signifie aborder le présent avec ouverture et curiosité. Afin de se donner la possibilité de vivre « le nouveau » sans aucun préjugé. Accueillir signifie prendre soin de nos émotions, même lorsqu’elles sont désagréables. Le fait de ne pas être limité par ce que vous ressentez vous permet de voir plus clairement la situation. Et ainsi, trouver des solutions de manière équilibrée et flexible.

Acceptation ne signifie pas la démission

L’acceptation n’a rien à voir avec le choix forcé de tout « endurer » passivement. C’est plutôt la capacité de regarder la réalité sous le bon angle, afin de pouvoir y faire face activement. La véritable acceptation offre donc la possibilité de regarder le monde avec des yeux différents et de prendre un rôle actif dans sa propre vie. En passant du rôle de « spectateur » (ou de « victime ») à celui de « protagoniste ». En acceptant, nous abandonnons la prétention de changer « l’immuable ». Nous nous concentrons sur nous-mêmes, sur nos projets et sur ce qui peut améliorer notre qualité de vie. 

La résignation, au contraire, implique l’espoir que cette situation ou cette personne à laquelle nous sommes attachés, puisse changer. Mais cela fait de nous des victimes des circonstances, nous amenant à croire que nous ne sommes pas maîtres de notre destin.

Que cache la difficulté de lâcher-prise ?

La peur de la perte

La difficulté de lâcher-prise cache la peur de la perte et du vide affectif. Cette peur conduit souvent les gens à s’accrocher obstinément, consciemment ou non, à ce qui est terminé. 

Pensez à la fin d’une relation par la volonté de l’un des deux partenaires. Dans ce cas, il s’agit typiquement de la recherche obsessionnelle d’une réponse à nos insécurités (« Pourquoi ne m’aimes-tu plus ? », « Pourquoi ne m’aimes-tu pas ? », « Que puis-je faire pour te reconquérir ? ») ou, au contraire, de la tentative désespérée de changer l’autre, basée sur la croyance que « Tout serait différent si seulement X … ».

Croire qu’aimer exige des sacrifices, est une expression claire de la difficulté à lâcher-prise et à reconnaître qu’une relation saine est exempte de forçages, de dépendances et de manœuvres visant à changer (ou à plaire) l’autre. 

L’acceptation des émotions douloureuses

La difficulté de lâcher-prise est étroitement liée à l’acceptation de sentiments douloureux. En général, nous avons tendance à nous défendre par l’évitement ou la répression. Se permettre de vivre pleinement ses émotions, même si elles sont désagréables, c’est se donner la possibilité de les rencontrer et de les reconnaître, en leur laissant la liberté de s’exprimer dans toute leur plénitude. Ce n’est que si elles sont exprimées que les émotions négatives peuvent être canalisées et transformées en une nouvelle énergie.

La recherche de la sécurité

La recherche permanente de la sécurité est l’un des principaux moteurs de nos actions.

Souvent, nous aspirons à des situations idéales dont nous pensons qu’elles peuvent nous faire sentir « en sécurité », « fiers de nous » et pour lesquelles nous vivons dans un état de tension constant. Nous découvrons, une fois atteintes, le peu d’influence qu’elles ont eu sur notre niveau de sécurité et de bien-être. 

Tout cela génère un fort sentiment de frustration et, assez souvent, une méfiance totale de ce qui se passe dans le présent (« Rien n’est comme il devrait ou pourrait être ! »). Ce qui déclenche souvent un cercle vicieux fait de retours continus au passé et de projections dans le futur, qui nous fait perdre complètement le plaisir de vivre dans l’ici et maintenant.

Une conception négative du changement 

Le changement peut être tellement effrayant que l’individu est obligé de s’accrocher à des personnes, des liens ou des situations qui, tout en provoquant des souffrances, maintiennent le statu quo et donnent l’illusion de maintenir un certain « équilibre ». 

Le changement est risqué, il s’ouvre à l’inconnu. L’inconnu contraste avec le besoin de sécurité typique de ceux qui ont du mal à lâcher-prise. Au contraire, être capable de comprendre qu’en tant qu’êtres humains, nous sommes en constante évolution, nous permettrait de nous mettre à l’écoute de la mutabilité des choses et de découvrir que « s’accrocher » à ce que l’on a, juste par peur du changement, est très risqué pour notre bien-être physique et psychologique.

Comment vous « entraîner » à lâcher-prise ?

Apprendre à lâcher-prise n’est pas aussi difficile que vous pourriez le penser. Cela demande un peu de courage et de détermination. Voici une liste rapide de 5 conseils pour apprendre à lâcher-prise

1. Arrêtez de blâmer les autres

Nous rendons souvent les autres responsables de nos malheurs. Nous avons l’impression d’être la victime des injustices des autres. Bien que cela puisse être le cas, nous ne pouvons pas perdre notre vie à attendre que les autres réparent le mal qu’ils nous ont fait. Ils peuvent ne pas vouloir, ou même ne pas pouvoir.

C’est à nous d’assumer la responsabilité de notre bonheur. N’attendez pas que les autres vous réparent. N’attendez pas qu’ils agissent pour commencer à vivre votre vie.

2. Prenez la décision de lâcher-prise

Nous disons souvent que nous voulons changer quelque chose dans notre vie, mais nous ne faisons qu’un effort timide. Si vous voulez vraiment changer quelque chose dans votre vie, vous devez le faire sérieusement, et cela commence par la décision de le faire.

Vous pouvez mettre cette décision par écrit. Écrivez une déclaration comme :  » J’ai décidé d’arrêter de  ________. Je réalise que m’y accrocher m’empêche de grandir et d’être heureux. » Vous pouvez développer cette affirmation en énumérant les avantages que vous en retirerez et en expliquant comment vous vous réjouissez de ce nouveau chapitre de votre vie.

Une fois que vous avez rédigé votre déclaration de décision, affichez-la dans un endroit où vous la verrez tous les jours. Copiez-la également à la main dans un cahier régulièrement, par exemple une fois par jour jusqu’à ce que vous soyez certain de ne pas revenir en arrière. Cela l’ancrera dans votre subconscient, et le nouveau comportement commencera à se manifester naturellement.

3. Ayez confiance

L’une des raisons pour lesquelles nous nous accrochons aux choses est que nous pensons en avoir besoin pour survivre. N’oubliez pas que le lâcher-prise consiste à relâcher notre fixation mentale et émotionnelle sur quelque chose. Il ne s’agit pas d’un lâcher-prise physique. Parfois, nous nous accrochons à des choses qui ont déjà disparu physiquement.

Si quelque chose a physiquement disparu, et que vous lisez ceci, cela signifie que vous n’êtes pas mort. Donc, le lâcher-prise ne va pas vous tuer. En fait, vous serez en mesure de vivre véritablement votre vie sans cet attachement émotionnel.

Ayez confiance, tout ira bien. Si vous le devez, appuyez-vous sur un ami. Votre expérience n’est pas unique. Il y a de fortes chances que de nombreuses autres personnes aient vécu la même expérience et qu’elles aient survécu. Vous n’êtes pas obligé de vivre un détachement tout seul. Vous n’êtes pas seul.

4. Apprenez la leçon et passez à autre chose

La vie est une série d’expériences qui ont pour but de nous apprendre des leçons importantes. Lorsque nous refusons de laisser partir quelque chose, c’est parce que nous refusons de voir ce que la vie essaie de nous enseigner. En conséquence, nous nous sentons bloqués.

Lorsque vous avez du mal à lâcher-prise sur quelque chose, demandez-vous : « Que puis-je apprendre de cette expérience ? » La réponse ne vous sera peut-être pas révélée immédiatement. Mais lorsqu’elle le sera, vous serez en mesure de lâcher-prise et d’avancer dans votre vie.

5. Méditez

La méditation peut améliorer à peu près n’importe quelle situation. Dans le cas présent, elle peut nous aider à calmer nos émotions, à gagner en clarté et à nous donner la force intérieure nécessaire pour lâcher-prise. Elle peut nous aider à rester calmes et positifs lorsque les choses dans notre vie deviennent incontrôlables.

Lorsque nous méditons, nous donnons à notre esprit une pause dans toutes les stimulations sensorielles de notre vie. Une trop grande stimulation sensorielle entraîne une agitation de l’esprit, qui conduit à des émotions trop fortes. Ainsi, en calmant nos pensées par la méditation, nous réduisons les pensées qui déclenchent nos émotions douloureuses.

Lorsque nous calmons notre esprit, tout devient naturellement plus clair. Moins nous avons de pensées inutiles dans notre esprit, plus il est facile de traiter des pensées plus utiles. C’est comme être coincé dans un embouteillage ou être sur une route sans trafic. Lorsque notre esprit est calme, il est beaucoup plus facile de faire la lumière sur des questions importantes pour nous.

En calmant nos émotions et en gagnant en clarté, nous développons une grande force intérieure. Cela nous permet de gagner en sagesse, en estime de soi et en confiance en soi. Et cette force intérieure nous aide à nous défaire des choses malsaines dans notre vie.

Alors, essayez la méditation. Vous n’êtes pas obligé de la pratiquer parfaitement ou pendant de longues périodes. Il suffit de s’asseoir tranquillement pendant quelques minutes en suivant sa respiration. Cela permet à votre esprit de se reposer et à vos pensées de se calmer naturellement.

Vous pourriez aussi aimer...

Pas de commantaire

Répondre