Trop penser
Psychologie positive

Je pense trop ! Comment arrêter de trop penser et réfléchir

Qu’est-ce que penser trop ?  

La première image qui vient à l’esprit est un cerveau qui n’arrête pas de réfléchir et de faire des connexions. Ce qui peut sembler un avantage lorsque nous essayons de résoudre un problème. Cela devient un handicap quand il s’agit de lourdes ruminations. Je suppose que vous voyez exactement ce que c’est ! L’esprit commence à penser à quelque chose et en quelques minutes, il devient un train fou et inarrêtable. En conséquence, le stress augmente et avec lui les sentiments d’anxiété et de colère. Tout cela bien sûr, sans être en mesure de le faire taire.  

Mais est-ce vraiment un problème de trop penser?   

Certaines personnes sont fières que leur esprit soit inarrêtable. Ils sont convaincus qu’un esprit sans retenu est un esprit en contrôle juste parce qu’il est occupé. Soyons clairs : réfléchir trop est un problème. Cela ne rend pas plus intelligents que les autres. 

Le premier effet, et le plus dévastateur, de la rumination est le risque accru de dépression et de symptômes d’anxiété chez les adultes et les adolescents. C’est le cas, lorsque ce mécanisme entre en jeu après des événements stressants de la vie. Tout le monde ne réagit pas d’une manière nocive au stress heureusement. Ceux qui utilisent ce mécanisme comme méthode de gestion du stress ont un plus grand risque d’affecter leur santé mentale. Cela pourrait déjà être un grand signal d’alarme pour nous convaincre d’intervenir de nouvelles façons.  

Il entraîne aussi des troubles de l’alimentation incontrôlés et d’autres comportements autodestructeurs. Cela ruine aussi le sommeil avec au programme de belles insomnies.

La chose la plus embêtante est que cela empêche la résolution de problèmes. Aussi actif que soit votre cerveau à ce moment-là, il ne travaille pas pour vous, mais plutôt contre vous. Il tourne en boucle sur un même problème empêchant le détachement nécessaire à l’émergence d’une solution.

Mais je ne peux pas arrêter mon esprit : c’est moi !   

L’idée de pouvoir intervenir de l’extérieur sur l’esprit en tant qu’objet devrait nous faire réfléchir. Si nous pouvons identifier notre esprit comme notre esprit, et non pas comme moi, cela signifie que les deux choses sont probablement distinctes. Je vais vous communiquer une nouvelle incroyable : oui, vous pouvez arrêter votre esprit. Bien sûr, vous pouvez le faire de différentes façons, et je ne parle pas de méthodes extrêmes ou de substances psychotropes, mais de méditations et d’actions spécifiques.  

Comment faire taire son esprit et arrêter de réfléchir trop ?

Vous pouvez intervenir assez facilement sur votre esprit pour le faire revenir à un état plus calme. Si vous vous trouvez dans un moment problématique, où votre esprit n’arrête pas de vous déranger, vous pouvez essayer de commencer une activité qui vous met dans un état de flux. Si vous ne savez pas quelles activités vous permettent d’atteindre l’état de flow, lisez cet article, où vous trouverez un petit guide pour le savoir. 

Dans tous les cas, vous pouvez essayer un exercice simple. Où que vous soyez, commencer objectivement et sèchement à décrire où vous êtes. Pour vous faire comprendre ce que je veux dire par « objectif et sec », je vais vous donner un exemple de l’endroit où je suis maintenant : 4 murs blancs, un canapé en cuir noir, une table basse noire en verre et cuir… Je peux entrer dans plus de détails ou décrire d’autres choses. Vous avez peut-être remarqué qu’il n’y a pas d’opinions, seulement des informations de base irréfutables. Essayez pendant trois minutes, puis continuez de lire l’article.  

Le miracle de l’attention 

La respiration

Concentré son attention sur une tâche ou une chose utilise beaucoup trop d’énergie pour en laisser. Donc, si vous commencez quelque chose qui nécessite une concentration assez forte, votre esprit ne sera pas en mesure de faire beaucoup plus que de suivre cette activité. Pas besoin de vous plonger dans un livre de casse-tête ou d’accessoires. Commencez par vous concentrer sur votre respiration. Prenez conscience de l’air qui pénètre vos poumons à chaque inspiration et qui ressort à chaque expiration. Soyez juste pleinement conscient de cette respiration pendant quelques minutes.

Le son Ohm

Je suppose que vous avez déjà entendu le son Ohm. Il est plutôt célèbre et c’est presque un cliché de méditation. Bien qu’il ait aussi des connotations religieuses, c’est avant tout un son qui provoque des réactions dans notre cerveau. 

De manière pratique, “chanter” le son Ohm allonge votre expiration ce qui active votre système nerveux parasympathique. Ce système parasympathique est responsable de la relaxation. Cela ralentit aussi votre fréquence cardiaque. Un bon début pour déstresser. 

Dire le son Ohm à haute voix agit aussi sur le système limbique surnommé aussi le cerveau émotionnel. Vous voyez où je veux en venir ? Le son Ohm inhibe certaines activités de ce système et permet de reprendre le dessus sur ses émotions.

La prochaine fois que votre cerveau menace de s’emballer, trouvez un endroit calme où vous pourrez vous concentrer sur votre respiration pendant cinq minutes. Si cela ne suffit pas, dites à voix hautes le son ohm autant de fois que nécessaire pour vous sentir détendu.

Vous pourriez aussi aimer...

Pas de commantaire

Répondre