émotions négatives
Psychologie positive

Émotions négatives : s’en libérer et les transformer en positif

Les émotions négatives, vaste sujet… Mettons certaines choses au clair tout de suite. Vous ne pouvez pas éviter les émotions négatives et ne ressentir que les émotions positives. Ni vous, ni personne. Même le plus aguerri des moines tibétains en ressent. Ce que vous pouvez éviter de faire, c’est de vous y accrocher et de vous identifier à elles. 

Dans cet article, nous allons voir ce que sont les émotions et quelle est leur utilité. Puis nous verrons comment (ré)agir face à nos émotions négatives pour ne plus nous laisser envahir et contrôler par celles-ci.

Qu’est-ce qu’une émotion ? 

Les émotions sont une réaction psychophysique (impliquant à la fois le corps et l’esprit) à des événements extérieurs ou intérieurs, et qui peuvent être perçus comme agréables ou désagréables.

C’est la réponse que chacun d’entre nous donne aux perceptions de différents stimuli, en fonction de notre propre expérience, unique.

Pourquoi préciser « propre », « unique » ? Car les émotions que nous ressentons sont propres à chacun. Il n’est pas dit que dans une même situation deux personnes ressentent la même émotion.

Cette émotion est déclenchée pour une raison qui n’appartient qu’à nous.

On dénombre quatre grands types d’émotions : la peur, la tristesse, la colère et la joie. Oui vous lisez bien, trois émotions “négatives” pour une “positive”. 

A quoi servent les émotions négatives ?

Les émotions négatives servent à nous faire agir pour sortir d’une situation déplaisante.

➡️ La peur est l’émotion ressentie face à une menace réelle ou supposée. Elle nous pousse à agir pour ne pas rester dans cet état de menace. La finalité positive est de nous faire avancer.

➡️ La colère est l’émotion ressentie lorsqu’une personne franchit une de nos limites ou porte atteinte à nos valeurs. Elle nous pousse à obtenir réparation ou réévaluer nos limites. La finalité positive de cette émotion est l’affirmation de soi.

➡️ La tristesse est l’émotion ressentie quand on perd quelque chose d’important pour soi ou que l’on en a l’impression. Elle nous pousse à réfléchir sur ce qui nous rend triste. La finalité positive de cette émotion est de rebondir. 

On peut constater dans un premier temps que pour ressentir une émotion négative, la cause ne doit pas être forcément réelle. Par exemple, je peux ressentir la peur de perdre mon emploi sans pour autant avoir commis de fautes ou reçu de réprimande. C’est le cas des personnes souffrant du syndrome de l’imposteur.

Second constat, les émotions dites “négatives” existent pour nous faire réagir et nous protéger. Elles sont présentes pour entraîner une réponse qui elle sera positive.

Conclusion : une émotion n’est finalement, ni positive, ni négative. C’est un signal visant à mettre en route une réaction. Il n’y a pas de bonnes ou mauvaises émotions. Elles ont toutes un rôle à jouer 🙂

Pourquoi écouter ses émotions ? 

Chaque émotion a son rôle à jouer pour notre bien-être physique et mental. Elles sont comme des guides. Notre devoir est donc de les écouter. Elles sont le signal d’un malaise qu’il faut prendre en compte, et non ignorer. Seulement la plupart du temps, nous réagissons autrement…

Le déni

via GIPHY

Le déni, c’est finalement l’absence de réaction, puisque l’émotion et ce qui l’a déclenchée n’existent pas. Quel est le problème ? Le problème est que l’émotion est un signal pour nous faire agir, entraîner une réaction. L’ignorer vous apaisera peut-être quelque temps, mais ne réglera sûrement pas la situation qui l’a créée.

La surréaction

via GIPHY

Le problème est différent du déni. Nous réagissons, mais trop (trop vite, trop fort…). C’est généralement ce qui se passe, quand nous nous laissons contrôler par les émotions. Je me répète, mais une émotion est un signal, elle ne vous contrôle pas. C’est vous qui choisissez comment réagir.

Petite analogie, vous êtes en voiture à un carrefour et le feu passe au rouge. Le feu tricolore est un signal. Il ne contrôle ni vous, ni votre véhicule. Vous faites le choix de vous arrêter. Mais en soit, le feu à lui seul n’arrête pas votre voiture.

L’émotion c’est la même chose. C’est un signal, mais c’est vous qui choisissez comment y réagir. Vous êtes en contrôle. 

Le ressassement

via GIPHY

Un autre risque lorsque nous n’écoutons pas nos émotions est celui d’y penser constamment. Nous entrons alors dans un cercle vicieux. Nos émotions négatives entraînent des pensées négatives qui entraînent encore plus d’émotions négatives.

Alors que…

Si vous donnez de l’espace à l’émotion, si vous l’écoutez, inévitablement vous n’alimenterez plus vos pensées vers elle. De cette façon, vous pouvez lâcher-prise et permettre à cette émotion de circuler en vous. Et de faire son job, à savoir, vous faire agir.

Comment accueillir ses émotions en 3 étapes

Imaginez cette scène :

Une personne vous a fait du tort. Vous êtes en colère contre elle et frustré de l’injustice qui vous a été faite.Vous avez plusieurs options devant vous :

  • Vous pouvez faire comme si de rien n’était
  • Vous pouvez soit réagir et vous mettre en colère
  • Vous pouvez fulminer dans votre coin
  • Vous pouvez prendre du recul et vous demander : « Que puis-je faire pour moi ? Qu’est-ce qui est sous mon contrôle ?

Reconnaître sa propre humanité

Mettez-vous à l’écoute des sentiments qui émergent. C’est à ce moment que le corps entre en jeu, et il devient votre guide..

Vos paumes transpirent, votre ventre se serre, peut-être que des larmes coulent….

Entraînez-vous à vous observer, à regarder ce qui se passe en vous, à voir quand certaines émotions font surface..

Puis, calmement, respirez profondément et ramenez votre attention à votre souffle, reconnectez-vous avec vous-même.

User de la pleine conscience

Essayez de laisser les mots en arrière-plan et observez comment cette émotion se manifeste dans votre corps et vos sensations.

Où ressentez-vous de la colère dans votre corps ? Comment se manifeste-t-elle ? Quelles sont les sensations physiques qui l’accompagnent ? Quels souvenirs, moments, circonstances vous ramènent-ils ? (C’est un aspect délicat, observez-le sans trop vous attarder !).

Parfois, ce n’est pas facile… et ce n’est pas grave !

Avec la pratique de l’observation et de l’écoute, vous mettez vos pensées de côté et apprenez donc à ne pas juger les émotions que vous ressentez, en vous entraînant à un regard extérieur et impartial en pleine conscience.

Donc, au lieu de réprimer ces sentiments et de vous empêcher de les ressentir, essayez de les reconnaître, et de les ressentir complètement sans pour autant qu’ils ne vous contrôlent. 

Etre bienveillant envers soi-même

via GIPHY

Si vous ne vous jugez pas vous-même, vous pouvez accepter, et donc accueillir.

Si vous vous permettez de ressentir vos émotions, alors le « miracle » se produira : en leur donnant l’espace nécessaire, vous aurez le sentiment qu’elles commenceront à se dégonfler. Pour perdre de l’importance.

Et c’est là que l’on peut se défaire de cette émotion.

En ne jugeant pas les émotions et en apprenant à les voir de l’extérieur, à les vivre et à ne pas les réprimer, vous ne les laissez pas influencer complètement votre vie et par conséquent vos décisions.

Lâcher prise est vraiment un tournant, le fruit d’un processus intérieur qui, en fin de compte, apporte la paix en vous dans n’importe quelle situation.

Les choses n’ont pas besoin de changer à l’extérieur, car ce qui fait vraiment la différence, c’est que ce processus vous change de l’intérieur.

Une fois que vous lâchez prise, vous avez la liberté de choix et vous êtes libéré de la réaction dictée par votre « pilote automatique » face au stimulus reçu.

En conclusion, alors…

Ce n’est que lorsque vous aurez appris, pas à pas, à vous connecter avec vous-même, à accueillir vos émotions et à vous laisser guider par elles, à comprendre leur message et à les laisser aller, que vous pourrez trouver en vous la lucidité de choisir pour vous-même et de créer une vie basée sur des choix conscients pour votre bonheur. Agir et non réagir. 

Vous pourriez aussi aimer...

Pas de commantaire

Répondre